Entrevue avec Mario Beaulieu : « Les indépendantistes ont soif d’action »

PIERRE CLOUTIER | LA VIGILE | 14 JUILLET 2014

 

Militant indépendantiste et chef du Bloc québécois depuis le 14 juin 2014, Mario Beaulieu a été également candidat du Bloc québécois en 1997, président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal entre 2008 et 2014 et président du Mouvement Québec français. Il répond ici à nos questions.

Q — M. Beaulieu, vous venez d’être élu comme chef du Bloc québécois. Dans votre discours d’intronisation, vous n’avez pas prononcé une seule fois le mot « souveraineté » pour lui préférer le mot « indépendance ». Est-ce voulu de votre part et ne craigniez-vous pas que cela puisse déplaire aux « souverainistes » dits « modérés » autant péquistes que bloquistes ?

Au Congrès du Bloc québécois de mai dernier, les membres ont décidé de remplacer le mot souveraineté par le mot indépendance. Bien que les mots souveraineté et indépendance soient essentiellement des synonymes, je préfère le mot indépendance parce qu’il ne comporte pas de référence étymologique à la monarchie.

Mais qu’on utilise le mot souveraineté ou indépendance, notre objectif est le même, que le Québec devienne un pays libre comme les 193 autres nations dans le monde qui ont acquis ce statut jusqu’à maintenant. L’indépendance complète, ou la « vraie souveraineté », consiste à agir collectivement, majoritairement à tous les paliers, autant sur le plan central que sur le plan régional.

Lire la suite...

Le gouvernement conservateur envenime le conflit israélo-palestinien, dit Mario Beaulieu

MÉLANIE MARQUIS | HUFFINGTON POST QUÉBEC | 15 JUILLET 2014

 

Les Canadiens devraient avoir honte d'un gouvernement conservateur qui, en adoptant une position unilatérale dans le conflit israélo-palestinien, ne contribue qu'à envenimer la situation, estime le chef du Bloc québécois, Mario Beaulieu.

Le nouveau leader de la formation politique a dénoncé la gestion diplomatique de la crise par le premier ministre Stephen Harper et son ministre des Affaires étrangères, John Baird.

«L'intervention de M. Harper revient à jeter de l'huile sur le feu. On pense qu'on devrait avoir davantage une position axée sur un cessez-le-feu et la négociation d'une solution pacifique du conflit», a-t-il fait valoir mardi en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne.

M. Beaulieu a soutenu que le discours «unilatéral» et «sans aucune nuance» du gouvernement en place est en rupture avec celui que le Canada a tenu pendant des années sur la scène internationale.

Cela ternit «encore une fois» la réputation du Canada, et les Canadiens devraient en avoir honte — les Québécois en particulier, dont les «valeurs» ne sont pas reflétées par le fédéral dans ce dossier, a-t-il lâché.

Lire la suite...

Oui à l'indépendance pour le développement financier du Québec !

 

MARIO BEAULIEU | HUFFINGTON POST QUÉBEC | 14 JUILLET 2014 

Le « nouveau » projet de commission pancanadienne des valeurs mobilières avec l'appui de l'Ontario, de la Colombie-Britannique, de la Saskatchewan et du Nouveau-Brunswick correspond à une autre étape dans la tentative du gouvernement fédéral d'instaurer un seul et unique organisme de réglementation et d'encadrement du secteur financier.

L'acharnement à instaurer cette commission des valeurs mobilières centralisée démontre, une fois encore s'il en est une, qu'il y a un coût de plus en plus élevé pour le Québec à demeurer au sein du Canada. Seule l'indépendance peut nous permettre de contrôler l'ensemble de nos leviers économiques et d'établir des politiques financières cohérentes en fonction de nos priorités.

Lire la suite...

Commission pancanadienne des valeurs mobilières : Nouvelle tentative d'Ottawa pour accentuer la subordination économique du Québec

COMMUNIQUÉ DE PRESSE | BLOCQUEBECOIS.COM | 9 JUILLET 2014

 

« Le projet fédéral "bonifié" de commission pancanadienne des valeurs mobilières annoncé aujourd'hui, de concert avec certaines provinces, n'est qu'un leurre, une autre étape dans la tentative du gouvernement fédéral d'instaurer une seule et unique commission des valeurs mobilières. Le gouvernement fédéral contourne le jugement de la Cour suprême, car son objectif n'a pas changé : déposséder le Québec d’une partie de son expertise financière » a réagi le chef du Bloc Québécois, Mario Beaulieu à l'annonce du ministre fédéral des Finances, Joe Oliver.

« Le gouvernement fédéral veut contrôler tout le marché financier québécois quitte à l'affaiblir et à transférer les centres décisionnels à Toronto. Le ministre Oliver a beau prétendre que l'adhésion à son projet est volontaire, ce n'est que de la poudre aux yeux. En instituant une commission pancanadienne sans l'accord du Québec, en détruisant le système des passeports qui existe actuellement et en misant sur les conflits entre les autorités réglementaires, le fédéral espère à terme isoler le Québec et le forcer à renoncer à son Autorité des marchés financiers (AMF). Il n'est donc pas étonnant que le président et directeur général de l'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières affirme que "ce ne sera qu'une question de temps avant que les autres provinces joignent le projet" » a dénoncé Mario Beaulieu.

Lire la suite...